Sélection de la langue

Recherche

Rançongiciels

Les rançongiciels sont les cybermenaces les plus courantes qui guettent les Canadiennes et Canadiens, et ils sont en hausse.

Au cours d’une attaque par rançongiciel, les cybercriminels se servent d’un logiciel malveillant pour chiffrer, voler ou supprimer des données, puis demandent le paiement d’une rançon pour les restaurer.

Les rançongiciels peuvent avoir de graves répercussions telles que l’interruption des activités principales, la perte permanente de données, le vol de propriété intellectuelle, des atteintes à la vie privée, des atteintes à la réputation et des coûts élevés de reprise.

L’adoption de pratiques de base en matière de cybersécurité permettrait d’empêcher la grande majorité des incidents liés aux rançongiciels au Canada.

Cette page offre des ressources du Centre pour la cybersécurité visant à aider les organisations et la population canadiennes à comprendre la menace que représentent les rançongiciels et à prendre les mesures appropriées pour se protéger.

Lettre ouverte aux organisations canadiennes au sujet des rançongiciels

Objet : Comment vous protéger contre la menace des rançongiciels

6 décembre 2021

Chers concitoyens canadiens,

Depuis le début de la pandémie de COVID-19, nous avons tous pu constater à quel point l’Internet est essentiel à notre mode de vie. Nous sommes de plus en plus nombreux à travailler et à étudier à la maison ainsi qu’à mener des affaires en ligne. Il est donc important, plus que jamais, de prendre les mesures nécessaires pour assurer notre cybersécurité.

Partout dans le monde, nous avons constaté une augmentation prononcée du volume et de l’étendue des cybermenaces – et le Canada ne fait pas exception. Les incidents liés aux rançongiciels suivent également cette tendance. Les auteurs de menace emploient les rançongiciels pour retirer l’accès des organisations à leurs systèmes essentiels ou à leurs systèmes informationnels les plus importants jusqu’à ce que les victimes paient une rançon, généralement en monnaie numérique. Cette année, nous avons observé un nombre grandissant de menaces liées à des rançongiciels ciblant des petites et moyennes entreprises, des organismes de soins de santé, des fournisseurs de services publics et des municipalités au Canada.

La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des solutions. En adoptant des pratiques de base, mais appropriées en matière de cybersécurité, nous pouvons tous aider à empêcher la grande majorité des cyberincidents visant les Canadiennes et les Canadiens.

Votre organisation et vous n’êtes pas seuls.

Le Centre canadien pour la cybersécurité (Centre pour la cybersécurité) du Centre de la sécurité des télécommunications et la Gendarmerie royale du Canada (GRC) encouragent vivement toutes les organisations et entreprises canadiennes à examiner et à renforcer la cybersécurité de leurs réseaux, de leurs systèmes et de leur information – et nous sommes là pour vous aider.

En collaboration avec les organismes d’application de la loi et d’autres partenaires fédéraux et internationaux, nous travaillons fort pour rendre l’information sur les menaces accessible au public et vous offrir des avis et des conseils adaptés qui vous aideront à vous protéger contre les répercussions des rançongiciels. En outre, le Canada unit ses forces à celles de ses alliés dans le but de poursuivre les auteurs de cybermenace et de démanteler leurs capacités. Nous prêtons également assistance aux organisations compromises par des rançongiciels dans leurs efforts de reprise et de résilience.

Afin d’assurer votre sécurité et celle de tous les Canadiens, nous vous pressons de passer à l’action. Notre cybersécurité nationale demande la participation active des partenaires de l’industrie, des petites et moyennes entreprises et de l’ensemble de la population canadienne. Notre message est clair : prendre des mesures de base pour assurer la cybersécurité de votre organisation, c’est payant.

Ça en vaut la peine.

Pour aider votre organisation, le Centre pour la cybersécurité a publié des lignes directrices sur les pratiques exemplaires. À titre d’autorité technique nationale en matière de cybersécurité au Canada, le Centre pour la cybersécurité fournit aux organisations des conseils approfondis et des mesures de sécurité des TI recommandées pour les aider à atténuer la menace des rançongiciels. Les organisations canadiennes devraient investir dans ces contrôles de cybersécurité de base qui, en plus d’être peu coûteux, sont efficaces pour limiter l’exposition aux cyberattaques. Vous pouvez également consulter le Guide sur les rançongiciels pour des conseils précis. Une fois que vous aurez mis en œuvre ces pratiques, nous vous invitons à vous inscrire au programme CyberSécuritaire Canada afin d’obtenir votre attestation de sécurité et ainsi de certifier que vous avez mis en place les mesures protectrices adéquates.

Si votre organisation est menacée par un rançongiciel ou en est victime, vous devriez activer votre plan de reprise, demander de l’assistance professionnelle en cybersécurité et signaler immédiatement l’incident sur le portail en ligne du Centre pour la cybersécurité et à votre service de police local. Le signalement rapide est primordial pour nous aider à déterminer le vecteur de menace et à mettre à jour nos directives, pour établir des liens avec d’autres incidents, pour lancer des enquêtes policières et lutter contre les cybercriminels et, ultimement, pour réduire le risque qui pèse sur d’autres Canadiennes et Canadiens.

Il est temps de prendre la cybersécurité au sérieux. Nous vous recommandons fortement de dresser l’inventaire des activités en ligne de votre organisation, de protéger votre information et vos technologies importantes à l’aide des mesures de cybersécurité les plus récentes, d’élaborer un plan d’intervention et de bien préparer les membres désignés de votre équipe de sécurité des TI à intervenir en cas d’incident.

Votre gouvernement est à votre disposition.

Ensemble, nous pouvons faire du Canada le pays le plus cybersécurisé au monde pour mener des affaires et d’autres activités en ligne.

Cordialement,

L’honorable Anita Anand, C.P., députée
Ministre de la Défense nationale

L’honorable Marco E. L. Mendicino, C.P., député
Ministre de la Sécurité publique

L’honorable Bill Blair, C.P., député
Ministre de la Protection civile et président du Conseil privé de la Reine pour le Canada

L’honorable Mary F. Y. Ng, C.P., députée
Ministre du Commerce international, de la Promotion des exportations, de la Petite Entreprise et du Développement économique

Où signaler les cas de cybercriminalité

Centre canadien pour la cybersécurité (Centre pour la cybersécurité)

Centre antifraude du Canada ou 1-888-495-8501

Ressources supplémentaires

Guide sur les rançongiciels

Bulletin sur les cybermenaces : La menace des rançongiciels en 2021

Le rançongiciel moderne et son évolution

La cybersécurité à la maison et au bureau – Sécuriser vos dispositifs, vos ordinateurs et vos réseaux

Rançongiciels : comment les prévenir et s’en remettre

Signaler un cyberincident – Centre canadien pour la cybersécurité

Signaler les cas de fraude et de cybercriminalité – Centre antifraude du Canada

Groupe national de coordination contre la cybercriminalité de la GRC

Prévenir les rançongiciels – Gendarmerie royale du Canada

La cybersécurité – Gendarmerie royale du Canada

Rapports

Étude de cas sur les rançongiciels : le groupe Conti

La présente étude de cas décrit les méthodes typiquement employées par le groupe d’opérateurs du rançongiciel Conti, l’un des groupes cybercriminels les plus prolifiques.

Même selon les normes des rançongiciels, le groupe Conti est considéré comme l’un des groupes les plus impitoyables et dévastateurs, car il cible souvent des hôpitaux, des réseaux médicaux et d’autres services essentiels.

Lors d’une attaque typique, les opérateurs du rançongiciel Conti volent, chiffrent et/ou suppriment des fichiers. Ils menacent également de divulguer des données sensibles si la rançon n’est pas payée, une tactique appelée « double extorsion ».

Une attaque par le rançongiciel Conti se déroule normalement en quatre phases : la reconnaissance, l’intrusion, l’infection et les conséquences.

Description détaillée suit
Description détaillée - Phase 1 : Reconnaissance

Les opérateurs du rançongiciel Conti collectent des informations pour trouver des cibles de grande valeur, comme les hôpitaux et d’autres organisations qui fournissent des services essentiels ou qui détiennent des données sensibles. Ils ont recours à des recherches sur Internet, au balayage de systèmes et à l’information partagée sur le Web clandestin, comme des mots de passe ou des justificatifs d’ouverture de session volés. Les opérateurs du rançongiciel Conti poursuivent la collecte d’informations tout au long de l’attaque afin de demander des rançons plus élevées et de contraindre la victime à payer celles ciNote de bas de page 1.

 
Description détaillée suit
Description détaillée - Phase 2 : Intrusion

Les opérateurs du rançongiciel Conti accèdent illicitement au système de la victime au moyen de justificatifs d’identité volés ou de courriels de harponnage comportant des pièces jointes ou des liens malveillants.

Contrairement aux tentatives d’hameçonnage génériques, les courriels de harponnage sont adaptés au destinataire, ce qui les rend plus convaincants.

Dans le cas des pièces jointes malveillantes, il s’agit souvent d’un fichier anodin, par exemple en format Word, Excel ou PDF, mais lorsque la victime l’ouvre, un maliciel comme TrickBot, IcedID ou BazarLoader se télécharge et s’exécute sur son appareil.

 
Description détaillée suit
Description détaillée - Phase 3 : Infection

Une fois qu’un premier appareil a été infecté par un maliciel, les opérateurs du rançongiciel Conti procèdent fréquemment à l’installation du logiciel Cobalt Strike, qu’ils utilisent comme mécanisme de commande et de contrôle (C2) pour coordonner la prochaine phase de l’attaque.

Ils exploitent les vulnérabilités non corrigées et utilisent souvent des outils accessibles sur le réseau de la victime afin de s’assurer un accès durable.

Ils se servent de logiciels d’exécution à distance (comme PSExec et le protocole RDP [Remote Desktop Protocol]) pour se déplacer latéralement dans le réseau de la victime, obtenir des justificatifs d’identité et élever leurs privilèges sans se faire détecter par le logiciel antivirus.

Ce processus leur permet de propager l’infection à tous les appareils connectés au réseau.

 
Description détaillée suit
Description détaillée - Phase 4 : Conséquences

Les opérateurs du rançongiciel Conti procèdent alors au déploiement du rançongiciel pour exfiltrer (voler), supprimer ou chiffrer les données sensibles de la victime.

Ils emploient une technique de double extorsion selon laquelle ils exigent une rançon pour restaurer les données chiffrées tout en menaçant de rendre celles-ci publiques si la rançon n’est pas payée. En réalité, ils ont peut-être déjà supprimé les données, mais la victime n’est pas en mesure de le savoir.

 

Faits et chiffres

Depuis janvier 2020, le groupe Conti a divulgué plusieurs centaines de gigaoctets de données volées dans le cadre de 450 cyberattaques contre des organisations canadiennes et internationalesNote de bas de page 2. Ces informations sont tirées du site Web de « fuites de données » créé par le groupe Conti. Nous supposons que ce groupe a fait beaucoup plus de victimes, lesquelles auraient payé la rançon pour éviter que leurs données soient publiées en ligne.

Le groupe Conti a déclaré publiquement avoir compromis les systèmes et volé les données d’au moins 24 victimes canadiennes jusqu’ici en 2021. Plus de la moitié de ces victimes font partie des secteurs de la machinerie, des services professionnels, de l’immobilier et de la vente au détail spécialisée.

En date de septembre 2021, la somme moyenne des rançons demandées par le groupe Conti s’élevait à 373 902 $ USNote de bas de page 3.

Conclusion

Le groupe Conti est l’un des groupes d’opérateurs de rançongiciels dotés des moyens les plus sophistiqués à l’heure actuelle. Il est toutefois possible de mettre en place des outils et des pratiques de cybersécurité pour contrer chaque phase de ces attaques par rançongiciel afin de les prévenir ou d’en atténuer les conséquences.

Des ressources supplémentaires à ce sujet, y compris les mesures à prendre pour se défendre contre ces attaques, se trouvent sur la page Web du Centre pour la cybersécurité sur les rançongiciel.

Conseils pour les organisations

Conseils pour tous les Canadiens

Ressources supplémentaires

Signaler un cyberincident

Le fait de signaler un cyberincident aide le Centre pour la cybersécurité à protéger le Canada et les Canadiens en ligne. L’information que vous nous communiquez nous permettra de fournir des avis, des conseils et des services liés à la cybersécurité.

Pensez cybersécurité

Pensez cybersécurité est une campagne nationale de sensibilisation publique conçue pour sensibiliser les Canadiens à la sécurité en ligne et les informer des étapes à suivre pour se protéger en ligne.

 
Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :