Sélection de la langue

Recherche

Rançongiciel : Comment vous en remettre

Comme nous l’avons vu précédemment, les rançongiciels représentent l’un des cybercrimes les plus fréquents et l’une des cybermenaces les plus susceptibles de toucher les Canadiens. Nous avons déjà discuté de la manière dont les mesures et les connaissances préventives peuvent vous aider à vous protéger, vous et votre organisation, contre ces menaces, mais avouons-le, il existe toujours le risque d’un courriel qui semble réellement provenir de votre patron, ou d’un site Web qui ressemble à une pub légitime pour des apéritifs gratuits dans un restaurant local. Maintenant, les auteurs de cybermenaces jouent avec les craintes liées à la COVID-19 pour pousser les gens à cliquer sur des éléments que l’on trouverait suspects en temps normal. Ces éléments suspects peuvent comprendre de faux courriels prétendant porter sur l’assistance du gouvernement ou des publicités pour des produits rares ces jours-ci.

Quoi faire si vous êtes victime d’une cyberattaque?

En dépit de toutes les préventions, les cybermenaces comme les rançongiciels représentent toujours un certain risque. Il est important de savoir quoi faire si vous êtes victime d’une attaque par rançongiciel.

  1. Isolez l’appareil (déconnectez-le et arrêtez de vous en servir) pour empêcher l’infection de se propager aux autres appareils connectés à votre réseau. Si vous utilisez un service d’infonuagique, communiquez avec votre fournisseur pour obtenir de l’assistance supplémentaire.
  2. Essayez de déterminer le type de rançongiciel auquel vous avez affaire pour savoir comment vous en débarrasser. Certains outils de déchiffrement se trouvent en ligne, mais pas pour tous les types de rançongiciels. Si aucun outil ne convient à vos besoins, vous devrez réinitialiser l’appareil à ses paramètres d’usine et effacer toutes les données qu’il contient. Dans ce genre de situation, les sauvegardes se révèlent très précieuses.
  3. Une fois que vous aurez éliminé le rançongiciel, adoptez les mesures préventives que nous vous avons présentées dans notre blogue précédent afin de prévenir d’autres attaques. Mettez à jour et appliquez les correctifs de sécurité à votre système et à vos logiciels antivirus, antimaliciels et pare-feu. Modifiez les mots de passe des comptes auxquels vous aviez accédé à partir de l’appareil infecté, car il est probable que l’auteur de cybermenaces ait fait des copies des renseignements liés à ces comptes.
  4. Communiquez avec votre organisme local d’application de la loi et le Centre antifraude du Canada. Collaborer avec ces organismes favorise la sensibilisation aux rançongiciels et permet d’en faire une meilleure surveillance, en particulier si vous avez été victime d’un rançongiciel encore inconnu. Il est important de comprendre que payer la rançon ne garantit pas que vous retrouverez l’accès à vos données qui ont été chiffrées. Même si vos données sont récupérées, la fuite a eu lieu et des copies de vos fichiers se trouvent en possession des auteurs de cybermenaces.

La décision de payer la rançon demandée doit être basée sur votre tolérance au risque et souligne l’importance de sauvegardes fréquentes. En effet, il est beaucoup moins cher de faire une sauvegarde de ses données que de payer une rançon. Suivre les instructions et les conseils fournis vous aidera à vous protéger, mais cette protection n’est pas à toute épreuve…
Le dicton « vaut mieux prévenir que guérir » prend tout son sens lorsque l’on parle de cybersécurité. Observez attentivement. Faites preuve de vigilance. Soyez prêts à vous remettre d’une attaque par rançongiciel si cela est nécessaire.

Ressources supplémentaires :

Signaler un problème ou une erreur sur cette page
Veuillez sélectionner toutes les cases qui s'appliquent :

Merci de votre aide!

Vous ne recevrez pas de réponse. Pour toute question, contactez-nous.

Date de modification :